Home Numéro Edouard Louis – « Je m’identifie plus à Almodovar qu’à mon père »

Edouard Louis – « Je m’identifie plus à Almodovar qu’à mon père »

4,906,90

numéro 94

date de sortie : 2016-01-01

Catégorie :
Télécharger ce numéro (réservé aux abonnés)

3 / Édito
6 / On prend un verre avec Anastasia Colosimo
8 / Le nez dans le texte de François Bégaudeau
10 / La bonne séquence de Nicolas Klotz
12 / Le projecteur de Caroline Fourest
14 / Radio, Bernard Lehut
16 / Radio, Charles Dantzig
18 / Claude Arnaud nous livre une mémoire retrouvée et mélancolique
20 / L’avis de la librairie Comme un roman
22 / L’avis de la librairie Le Merle moqueur
24 / L’avis de la Librairie de Paris
26 / L’avis de la librairie L’Écume des pages
28 / Le journal de l’écolo Emmanuel Druon
30 / Croyez ce que vous voulez…
32 / Club
34 / En coulisse, Françoise Nyssen nous raconte la success story d’Actes Sud dont elle est présidente.

Littérature

36 / La rentrée d’hiver est riche. On vous fait une première sélection en janvier :
Rencontre avec Édouard Louis pour son deuxième pari romanesque réussi, Histoire de la violence, et découverte d’un fin chroniqueur des cités, Charles Robinson.
70 / On déshabille Bayon, figure culte de la vieille garde de Libé.
72 / Polar

Cinéma

74 / Édito
76 / L’événement : Philippe Katerine/Benoît Forgeard. On a rencontré longuement le chanteur-acteur et le réalisateur autour de l’étonnant Gaz de France.
84 / Sélection films : On a vu beaucoup de films, mais on a sélectionné pour vous les meilleurs du mois. Dont celui d’Eva Husson, l’orgiaque Bang Gang, premier long métrage.
96 / Remous : Le cinéma français ne serait plus politique, selon les Cahiers du cinéma. Et s’ils avaient tort ?

104 / En ville

Informations complémentaires

Papier ou numérique

Numérique, Papier

Le numéro du mois

  • KRZYSZTOF WARLIKOWSKI À AVIGNON

    KRZYSZTOF WARLIKOWSKI À AVIGNON

    Télécharger ce numéro (réservé aux abonnés) 5,507,90 Acheter
  • Télécharger ce numéro Sommaire du numéro

    Édito général

    La saison s’achève. Mouvementée, inquiétante, chaotique même. L’autre jour, j’ai vu mon vieil ami Michaël Prazan, au Café français, à Bastille. Il est un des meilleurs réalisateurs de documentaires aujourd’hui, son Einsatzgruppen, par exemple, a fait date. Il chronique pour l’excellent Franc-Tireur, et me dit le plus grand bien de ses confrères et amis Raphaël Enthoven […]

    Lire la suite
    JUNEVENTSPRINTEMPSDESCOMEDIENSPOMPIDOU