Numéro 70

En plein chaos

C’est une bien belle rentrée littéraire que cette rentrée française. Des premiers romans prometteurs, Loïc Merle par exemple, qui signe un livre assez exceptionnel, L’Esprit de l’ivresse (Actes Sud). Des confirmations avec François Bon et son Proust est une fiction (Seuil), une creative nonfiction (genre encore trop rare en France) parfaitement maîtrisée ; ou avec […]

lire la suite

Ormuz, de Jean Rolin

Avec Ormuz, Jean Rolin nous embarque pour le Moyen-Orient. On retrouve son art à la fois minutieux et ample de la description, son goût pour la loufoquerie douce. On découvre surtout qu’un roman peut être un traité de scepticisme… On lit Ormuz comme on passe une après-midi à la plage. On fixe des horizons, proches […]

lire la suite

Trois grands fauves, d’Hugo Boris

Hugo Boris signe avec Trois grands fauves, un triptyque de monstres : Danton, Hugo, Churchill. Trois légendes prises à l’instant de la faiblesse. Fauves, ces hommes-là le sont de toute évidence. Mais ils ont aussi le point commun d’avoir été des hommes considérés, au cours de leur existence, comme des fauves. Que signifie pour un […]

lire la suite

Le Bocage à la nage

Comme on parle de fond de l’air, le fond du Bocage à la nage d’Olivier Maulin est anar. Une faune d’individus s’y fédère sous le courtois slogan reporté sur le panneau du domaine du Haut-Plessis : « Prière de ne pas nous emmerder. »   Anar désigne moins un positionnement politique qu’une humeur. Une humeur […]

lire la suite

Ilo Ilo, d’Anthony Chen

La crise peut avoir du bon, au moins pour les cinéastes. Le Singapourien Anthony Chen a raflé la Caméra d’or de l’édition  2013 de Cannes avec cet Ilo Ilo, chronique familiale sur fond de désastre économique. Ou comment instiller une étrange  poésie dans un monde asphyxié. Pour son entrée en cinéma, Anthony Chen a fait […]

lire la suite

Vic + Flo ont vu un ours

Un ovni québécois traverse la France en ce mois de  septembre. Un conte noir, une pastorale doucement  déglinguée et surréaliste perdue en plein Canada. Mine  de rien, Denis Côté invente un genre : le film politique  au fond des bois.   L’Histoire a ses ratés, ses échecs, ses utopies  politiques qui capotent mais qui ne sont […]

lire la suite

Tirez la langue, mademoiselle

La critique et cinéaste Axelle Ropert, et scénariste du Tip Top de Serge Bozon, présente son deuxième long métrage Tirez la langue, mademoiselle. Ou comment le vague à l’âme hante le Chinatown parisien. Non, Tirez la langue, mademoiselle n’est pas une  nouvelle comédie romantique avec Louise  Bourgoin. Ou plutôt si. Car le nouveau film  d’Axelle […]

lire la suite

Ma vie avec Liberace

Steven Soderbergh mobilise un tandem éblouissant -Michael Douglas et Matt Damon- pour un film qui ne l’est pas moins. Une incursion flamboyante dans la vie de Liberace, pianiste, crooner et incarnation de l’entertainment kitsch à l’américaine. Mais derrière les ors et le toc se cache un grand film sur l’aveuglement.   C’est au moins aussi […]

lire la suite

La Bataille de Solférino

Le premier long métrage de Justine Triet, La Bataille de Solférino, tisse avec une verve sous haute tension la hargne d’un couple déchiré et un événement public d’ampleur : l’élection de François Hollande. Avec brio, le film invite une histoire intime et ses cris de hargne dans la rue où résonnent les hurlements de joie. Vincent […]

lire la suite

Le numéro du mois

  • Promo !

    Yasmina Reza – rire malgré tout

    Télécharger ce numéro 6,90 5,90 Acheter
  • Télécharger ce numéro Sommaire du numéro

    Edito général

    Bernanos, écrivain sombre, avait cette phrase pénétrante eu égard à la période que nous traversons : « Savoir prendre sa joie dans la joie des autres, c’est le secret du bonheur ». La difficulté sinon l’impossibilité de voir les autres, nos amis, nos familles, nos collègues, nous prive de cette part de nous-mêmes, cette félicité […]

    Lire la suite

    Le jour où on a piétiné la culture

    Le référé-liberté pour la réouverture des lieux de culture est examiné ce lundi 21 décembre par le Conseil d’Etat : décision sous 48 heures.  S’il fallait préciser un « pic » de la déception du monde du spectacle vivant, ce serait le 15 décembre 2020. Le jour de réouverture qui s’est mué, en une décision autoritaire, en jour de […]

    Lire la suite