Numéro 119

Au programme

Côté cinéma, comme chaque année, fait unique dans la presse française, une grande partie de l’équipe cinéma organise dans ces pages une table ronde spécial Cannes. Ce qui vous permet, chères lectrices et chers lecteurs attentifs, au-delà des choix forcément arbitraires des couvertures cinéma et mises en avant mensuelles de tel ou tel film, d’y […]

lire la suite

TAKARA, la nuit où j’ai nagé

Pour son troisième long métrage, après Un jeune poète et Le Parc, Damien Manivel tourne au Japon, en collaboration avec Kohei Igarashi, un film simple et subtil à la fois. C’est le récit d’une journée. On suit le petit Takara qui, passe la nuit à dessiner, et au matin rebrousse chemin devant son école pour […]

lire la suite

Mort sur le Gange

Et si la mort, comme le sommeil, n’était « rien d’autre qu’une retraite au plus profond de l’âme » ? La formule est de Pline l’Ancien, mais on jurerait volontiers l’avoir entendue, sauce hindoue, dans cet Hotel Salvation, au rythme feutré. Rien de catatonique, mais les séquences s’enchaînent dans une sorte d’hébétude sereine, flottant plus […]

lire la suite

DAPHNÉ

Après plusieurs courts, l’Écossais Peter Mackie Burns signe ici son premier long métrage en dressant le portrait d’une trentenaire londonienne indépendante. Daphné travaille comme serveuse dans un restaurant et passe le reste du temps à faire la fête, s’enivrer et chercher des partenaires d’une nuit qu’elle regrette aussitôt. Cynique, misanthrope et détachée de cette ville […]

lire la suite

Faux contact

Au milieu d’une fournée de films mastodontes et intimidants (Mektoub my love, Phantom Thread, Hostiles), Notre enfant paraît de loin minuscule : un enfant justement.  Petite co-production venue d’Argentine et suivant une doctoresse qui cherche à adopter dans le Sud du pays un enfant né dans la misère. La surprise est donc d’autant plus grande […]

lire la suite

Place publique

La recette du tandem Bacri-Jaoui reste inchangée depuis plus de vingt ans. Leur écriture repose toujours sur une observation plus ou moins distanciée de l’époque, qui sert de prétexte à un cinéma de dialogues, à peine concerné par la notion de « mise en scène ». Respectant la règle théâtrale des unités de lieu et […]

lire la suite

Rencontre avec Jean-Paul Civeyrac, qui signe le magnifique Mes Provinciales.

Mes Provinciales magnifie l’incandescence du jeune âge. C’est d’autant plus saisissant et bienvenu que l’heure est plutôt au constat consterné : la jeunesse d’aujourd’hui serait hagarde, hyper-connectée au point d’être déssaisie de toute épaisseur historique, etc… En tant qu’enseignant, j’observe des jeunes gens depuis longtemps et je n’ai pas noté de déclin particulier. En ce […]

lire la suite

Eternel retour

Transit, le roman de la grande Anna Seghers, titille les cinéastes. Après René Allio en 1991, c’est Christian Petzold qui se l’approprie. Et y appose sa patte, reconnaissable entre toutes. Sécheresse du découpage : le film va droit à l’essentiel. Installation patiente, minutieuse des scènes : chaque personnage gagne graduellement en épaisseur. Petzold fonctionne à […]

lire la suite

China girl

Ombres chinoises. Les grands pans d’herbe du Yunnan ont beau éclater avec la violence presque fluorescente des verts d’un Kandinsky, les vallées s’entrouvrir largement devant la caméra de Song Chuan, qui signe son deuxième long, Ciao Ciao est un défilé de silhouettes creuses, spectrales. Ciao Ciao est une jeune femme d’aujourd’hui, entendez un pur produit […]

lire la suite

NOBODY’S WATCHING …

Nico, trentenaire, homosexuel, argentin, a quitté son pays natal où il était la star d’une telenovela pour tenter sa chance à New York. Objectif : relancer sa carrière, mais surtout fuir Martin, ex-amant et producteur de la telenovela. Syndrome de la mégapole : comme l’indique sans équivoque le titre, Martin n’est qu’un anonyme dans la […]

lire la suite

Le numéro du mois

  • Promo ! CLAUDE CHABROL ET SES ARTISTES

    CLAUDE CHABROL ET SES ACTRICES

    Télécharger ce numéro 6,90 5,90 Acheter
  • Télécharger ce numéro Sommaire du numéro

    Édito général

    Le monde étant officiellement devenu inhabitable, maladif, mortel, il faut trouver un lieu où l’on peut encore respirer. Les livres sont ces « bien essentiels », cet espace de liberté, où se mouvoir reste possible. Alors que l’on nous somme de rester chez nous, l’aspiration à être ailleurs n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. Les livres sont ces piliers inébranlables là où le monde s’effondre ; […]

    Lire la suite
    TNS