Numéro 117

Edito

Tout à fait par hasard, trois des sujets centraux de ce mois dans Transfuge, se fondent sur un même axiome : la friction entre deux mondes. Précisément, entre un monde ancien et un monde nouveau. Quoi de mieux pour l’art, que cette friction, source de disharmonie donc d’énergie, de résistance et de libération. Conséquence logique […]

lire la suite

L’ENFANCE DE L’ART

Quand un plasticien fait défiler sa vie. En fragments, en dessins, et en enfance. C’est Guillaume Pilet et My Life as a Parade, au Centre culturel suisse.   C’est l’éternel, et fécond, dilemme, des arts visuels lorsqu’ils se confrontent à l’intime. Les mots excavent, déplient les replis de la psyché, épousent ses flux et ses […]

lire la suite

LES GARÇONS SAUVAGES

Attention ! On va vous parler de Burroughs, de Stevenson, de Golding, de Jarry ! On va invoquer les mânes de Cocteau, de Genet, de Ruiz, de Kenneth Anger ! On va vous faire le coup du secret retrouvé, vous savez celui qu’on croyait perdu : féerie et roman noir, érotisme et poésie. Surtout, n’en […]

lire la suite

CALL ME BY YOUR NAME

C’est l’exemple parfait du film qui fait éprouver au spectateur une nostalgie de son adolescence. Evocation impressionniste d’un premier amour, de l’été de la découverte du corps. Instants d’éveil à la sensualité où l’univers entier devient sexuel : une bouche de poisson, une pêche, une fontaine d’eau. Le réalisateur d’Amore, sur un scénario de James […]

lire la suite

L’addiction s’il vous plait

Drogue et cinéma sont un vieux couple, et les junkies des écrans n’ont que l’embarras du choix : More, Drugstore Cowboy… Vente, consommation, tout y passe – sauf le sevrage, qui mobilise moins les réalisateurs. Première qualité de La fête est finie, premier long-métrage de Marie Garel-Weiss : s’aventurer, justement, sur ce terrain délaissé. Céleste […]

lire la suite

OUAGA GIRLS

Ouagadougou, aujourd’hui. Trois jeunes femmes s’affairent autour d’un capot de voiture. Ce sont Bintou, Chantale et Dina en grande conversation. Le joint de culasse est-il rompu ? Les plaquettes de frein sont-elles trop usées ? Les bougies sont-elles en bon état ? Un homme les interpelle, maussade et sceptique. Que font-elles donc là ? Elles […]

lire la suite

Cannes off

Traversée des apparences. Hong Sang-soo excelle, sous les dehors inconséquents de petits ballets de la banalité amoureuse, à capter tout ce qui bouillonne : cruauté du désir, inconscience coupable du mâle, vertiges abyssaux de la douleur. Certes, La Caméra de Claire a toutes les apparences de l’ébauche, du simple crayonné et non de l’oeuvre majeure. […]

lire la suite

La fin du rêve américain

«American Dream is dead », c’est sur cette phrase que s’ouvre le nouveau documentaire de Claus Drexel, après le polar Affaire de famille et le docu Au bord du monde ( 2014) qui explorait la vie des sans-abris à Paris. Le réalisateur français d’origine bavaroise nous plonge ici au fin fond de l’Arizona, à Seligman, […]

lire la suite

Histoire et fraternité

Ils sont quatre jeunes gens ce soir de première sur la scène des Déchargeurs. Et c’est sans doute cette jeunesse qui frappe avant toute chose dans cette adaptation De nos frères blessés. Les visages lisses et sincères, si expressifs, l’énergie sans faille, les voix claires de François Copin, Clémentine Haro, Vincent Pouderoux, Thomas Resendes qui […]

lire la suite

Eau stagnante

La Forme de l’eau, dernier symptôme de l’infantilisme disneylandisé où se délayent les productions XXL grand public d’Hollywood, a le goût de l’élément aqueux de son titre : insipide. Deux heures de faux merveilleux, de conte toc, édulcoré à la nostalgie des ambiances chromées sixties. Comme une bouffée de parfum éventé de ces séries Z […]

lire la suite

De l’autre côté du monde

Jacques Prévert en toutes lettres. En toutes images, plutôt, puisqu’une copieuse rétrospective de douze longs et de cinq courts donne toute la mesure du Prévert scénariste et dialoguiste. Et permet de peler l’oignon des représentations toutes faites qui enveloppent l’homme. L’oignon, on s’excuse pour l’image saugrenue, mais son côté surréaliste tombe bien. Car c’est ça […]

lire la suite

Le numéro du mois

  • Promo ! CLAUDE CHABROL ET SES ARTISTES

    CLAUDE CHABROL ET SES ACTRICES

    Télécharger ce numéro 6,90 5,90 Acheter
  • Télécharger ce numéro Sommaire du numéro

    Édito général

    Le monde étant officiellement devenu inhabitable, maladif, mortel, il faut trouver un lieu où l’on peut encore respirer. Les livres sont ces « bien essentiels », cet espace de liberté, où se mouvoir reste possible. Alors que l’on nous somme de rester chez nous, l’aspiration à être ailleurs n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. Les livres sont ces piliers inébranlables là où le monde s’effondre ; […]

    Lire la suite
    TNS