L'engagement de Galilée

Philippe Torreton incarne un Galilée engagé dans une mise en scène de la pièce de Brecht mis en scène par Claudia Stavisky. A voir encore ce weekend à la Scala
Par Mathieu Champalaune
le Vendredi 29 Novembre 2019

galiléeSeul à son bureau, Galilée semble l'être tout autant dans l'univers, entourés des étoiles qu'il contemple. Celui qui a dédié sa vie à la science pour découvrir la vérité achève de démontrer sa théorie qui a de quoi bousculer toutes les conceptions établies depuis des siècles. S'il est condamné à la solitude face à ceux dont il combat les dogmes, il n'en reste pas moins soucieux de s'adresser au peuple, lui devant la vérité en refusant notamment de parler de science en latin. Philippe Torreton incarne parfaitement cet engagement d'un Galilée qui cherche à être toujours compris pour faire avancer le monde, mais qui doit finalement faire face au défaut de n'être qu'un homme. Avec ce personnage d'artisan de la science, le comédien trouve un rôle de la trempe de Cyrano de Bergerac qui lui avait valu un Molière en 2014. Lui qui avait débuté sa carrière en jouant le Petit moine dans une mise en scène de La Vie de Galilée par Antoine Vitez montre une connaissance et une compréhension du texte pourtant ardu de Brecht, qu'il semble porter seul tant la communauté qui entoure Galilée paraît graviter autour de lui, comme les planètes autour du soleil. En retrouvant la metteuse en scène Claudia Stavisky il poursuit ce qu'il avait entamé dix ans auparavant en interprétant sous sa direction le medecin Astrov dans l'Oncle Vania de Tchekhov. Et en cela, il fait de Galilée un personnage plus contemporain que jamais en homme en proie à un doute fondamental, dans une approche à la fois joyeuse et tourmentée du rôle de l'homme dans son monde.

La Vie de Galilée, de Bertolt Brecht, mis en scène par Claudia Stavisky, avec Philippe Torreton, au Théâtre des Célestins de Lyon jusqu'au 1er décembre.


Retour | Haut de page | Imprimer cette page