Festival de Danse Cannes - Côte d'Azur France

« C'est une rencontre entre une danseuse étoile et un danseur de flamenco, dans un univers punk »
Par Ysé Sorel
le Lundi 02 Décembre 2019

cannes danseSplendide festival de danse, le Festival de Danse-Cannes-Côte d'Azur fait venir en vingt et une représentations cette année de grands noms, de Sasha Waltz au ballet de Stanislavski. Rencontre avec la directrice artistique Brigitte Lefèvre, qui fut directrice de la danse à l'Opéra de Paris, et qui rassemble dans plusieurs créations à Cannes une diversité de genres chorégraphiques, à l'image de son idée de la danse.  

Pour cette nouvelle édition, le Festival de danse de Cannes devient le Festival de Danse Cannes - Côte d'Azur France. De quoi cet ajout dans son appellation rend-il compte ? 

Ce changement de nom témoigne d'une volonté forte : celle de l'ouverture du festival, et je rends hommage aux différents théâtres qui ont accepté d'être partie prenante de cette aventure. Suite à ma proposition et à celle de l'équipe cannoise, six autres lieux vont être investis dans différentes villes de la région, grâce à un vrai dialogue et au bénéfice du festival et de la danse. Pour moi, le désir de partage est fondamental, et il s'agit de réaliser un art des rencontres et des échanges, en portant la danse dans tous ces états, sa vivacité, dans le plus d'endroits possibles et avec le plus d'acteurs possibles. Pour cela, le Festival va aussi s'étendre dans le temps, sur trois week-ends.

Cette édition est sous le signe du « feu », après l'eau et l'air. Quel feu couve dans la programmation ?

Je dirais tout d'abord que le feu, c'est la passion, la passion de la danse. Le festival a pris de l'ampleur, et nous avons beaucoup plus d'offres que les années précédentes. Un de nos grands sujets de satisfactions est de pouvoir rassembler des artistes à différents moments de leur carrière, en présentant des créations, des pièces plus ou moins récentes, ou encore des reprises, ce qui est essentiel pour former un répertoire. J'ai par exemple à coeur de programmer la grande chorégraphe allemande, Sasha Waltz, qui vient pour la première fois à Cannes avec sa pièce emblématique, Körper. 

On peut remarquer aisément la diversité des propositions, avec ces vingt et une représentations et des compagnies venues du monde entier. C'est un festival au coeur de la danse, et qui va dans différentes directions : on aura la chance de profiter de l'incroyable venue du Ballet de Stanislavski, avec Giselle, pour tous les amoureux de la danse classique ; mais aussi de formes de danses rituelles retraversées par des artistes savants, comme Olivia Grandville, des dialogues entre danses contemporaines et danses urbaines, en particulier le hip-hop, avec la création Butterfly de Mickaël le Mer, ou encore avec la danse classique. Dans ce panorama, qui permet à chacun de s'y retrouver ou au contraire de s'y perdre, s'ajoutent aussi des propositions plus audacieuses, comme celle des Américains du James Sewell Ballet et leur délirant Titicut Follies, où ils s'emparent du documentaire de Frederick Wiseman sur l'hôpital psychiatrique. Une drôle de chose, une sorte de cabaret berlinois avec une dose de néoclassique... Dans un festival, il faut aussi savoir montrer des choses inattendues ! 

Notons aussi que trois créations mondiales seront présentées, dont l'une à votre initiative... 

En effet, j'ai eu le désir d'une rencontre, entre des artistes que j'admire beaucoup : celle de Marie-Agnès Gillot, que j'avais eu le plaisir de nommer danseuse étoile lorsque j'étais à l'Opéra, et une personnalité attachante du flamenco, Andrés Marin, qui arrivent tous deux à une période de maturité artistique. Et pour orchestrer cette rencontre, ce « magma » - le titre assemble les initiales des danseurs -, j'ai pensé à Christian Rizzo, qui arrive avec un troisième univers, presque punk. C'est exceptionnel de produire un tel événement, qui arrivera en clôture, et j'en suis très heureuse. 

Festival de danse Cannes-Côte d'Azur, du 29 novembre au 15 décembre à Cannes et dans les alentours.


Retour | Haut de page | Imprimer cette page