D'Hippolyte à Phèdre

A voir au TNP de Villeurbanne le 1er décembre, la somptueuse création de Christian Schiaretti, Hyppolite/ Phèdre, d'après Garnier et Racine.
Par Mathieu Champalaune
le Vendredi 29 Novembre 2019

hippolytePour sa dernière création à la tête du Théâtre National Populaire de Villeurbanne qu'il dirige depuis 2002 et quitte en cette fin 2019, Christian Schiaretti s'est lancé un défi qui synthétise en beauté l'esprit du TNP tout en abordant deux auteurs du répertoire. Il met ainsi en scène deux versions d'un même mythe revu par deux grands auteurs dramatiques français à un siècle de différence : Hippolyte de Robert Garnier et Phèdre de Jean Racine, la première écrite en 1574, la seconde en 1677. La mise en scène conjointe de ces deux pièces, avec la même distribution et réunis en intégrale, joue du contraste entre deux conceptions du théâtre et du travail de la langue, chacune remise dans le contexte historique et esthétique de sa création, l'humanisme pour l'un, le classicisme pour l'autre. A partir de ce postulat, la mise en scène met en tension le corps et l'expression des sentiments. Le flamboiement et la violence du texte de Robert Garnier s'incarne dans un combat extravagant des corps qui arpentent l'immense plateau nu de la grande salle du TNP quand ces corps sont limités dans Phèdre au seul proscenium, corseté dans leurs habits austères et exprimant leurs passions dans la langue tenue de Racine. Dans ce difficile exercice, Louise Chevillotte en Phèdre et Marc Zinga en Hippolyte impressionnent de maîtrise, sans oublier tout le talent de Francine Bergé en nourrice/Œnone qui rappelle par ailleurs à quel point ce personnage est au coeur même de toute l'intrigue des deux pièces. 

Hippolyte/Phèdre, de Robert Garnier et Jean Racine, mis en scène par Christian Schiarretti, avec Louise Chevillotte, Marc Zinga, Francine Bergé, Julien Tiphaine..., le 1 er décembre 2019.


Retour | Haut de page | Imprimer cette page