Djaïli Amadou Amal, lauréate du 1er Prix Orange du Livre en Afrique

Le Prix Orange du Livre en Afrique récompense pour sa 1èreédition, Djaïli Amadou Amal pour son roman Munyal, les larmes de la patience, publié au Cameroun.
Par Transfuge
le Jeudi 06 Juin 2019

prix orange 2019
La Fondation Orange, en partenariat avec le Ministère des Arts et de la Culture, a organisé la remise du 1er Prix Orange du Livre en Afrique à l'Hôtel Hilton de Yaoundé, le 22 mai 2019. Cette cérémonie, placée sous le Très Haut Patronage du Président de la République du Cameroun, Son Excellence Paul BIYA, a été présidée par le Ministre des Arts et de la Culture, en sa qualité de Représentant personnel du Président de la République.

Dans le cadre de ses engagements en Afrique et de son ancrage sur le Continent, la Fondation Orange a lancé, en octobre 2018, un Prix Orange du Livre en Afrique francophone .Ce Prix répond à sa volonté d'oeuvrer pour la promotion des talents littéraires africains et de l'édition locale africaine.

Ce prix récompense un roman écrit en langue française par un écrivain africain et publié entre le 1erjanvier 2017 et le 30 octobre 2018 par une maison d'édition basée sur le continent africain.

Pour cette 1ère édition, 59 titres ont été envoyés, proposés par 39  maisons d'édition basées dans16  pays différents. Parmi tous les titres reçus, six romans ont été sélectionnés fin février 2019 par 5 comités delecture.

Un jury international présidé par Véronique Tadjo :

Les 6 titres sélectionnés  ont été soumis à l'appréciation du Jury pour déterminer le lauréat .

Présidé par Véronique Tadjo  (Côted'Ivoire),  le jury  est composé d'écrivains, de critiques littéraires,  de journalistes, ainsi que de personnalités reconnues dans le monde littéraire : Yvan Amar (France), Valérie Marin La Meslée (France), Nicolas Michel (France), Mohamed Mbougar Sarr (Sénégal),  Wilfried N'S ondé (Congo), Michèle Rakotoson (Madagascar), Kouam Tawa (Cameroun), Fawzia Zouari(Tunisie).

Pour le jury « La sélection reflétait les grands enjeux contemporains à la fois universels et africains : religion, terrorisme, condition de la femme, gouvernance, écologie, parmi d'autres ; elle présentait une impressionnante diversité de styles et d'univers illustrant la complexité des réalités du continent.»

Le choix du jury s'est porté sur le livre de l'écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal, Munyal, les larmes de la patience, paru aux éditions Proximité en 2017 à  Yaoundé. 

Véronique Tadjo et les membres du jury précisent : « La maitrise de la construction entre trois voix  de femmes nous immerge totalement et sans manichéisme dans cet univers étouffant d'é pouses  aux prises avec les pesanteurs de la tradition.

Une voix forte, sincère, révoltée, servie par une langue qui porte sa culture.

Ce roman fait la jonction entre les différentes aires géoculturelles et montre par sa qualité et son engagement à quel point la littérature qui nous vient du continent trouve en tous des échos. »

mentalMunyal, les larmes de la patience de Djaïli Amadou Amal, éditions proximité

Djaïli Amadou Amal est une écrivaine camerounaise engagée contre les discriminations sociales et la condition  de la femme dans le  Sahel. Walaande, l'art de partager un mari et Mistiriijo, la mangeuse d'âmes, ses deux premiers romans l'ont  classée parmi les valeurs sûres de la littérature africaine.

Munyal, les larmes de la patience traite des questions des violences conjugales dans les mariages polygamiques et lui permet, une fois de plus, d'irriguer  de sa sensibilité le rude combat de l'émancipation de la femme dans le Sahel et en Afrique.

Son livre : 
Ramla, Hindou et Safira ! Trois femmes, trois histoires, trois destins plutôt liés.

Ramla est mariée à AlhadjiIssa, l'époux de Safira. Sa soeur Hindou épousera son cousin Moubarak. A toutes,  l'entourage familial n'aura qu'un seul et unique conseil: Munyal! Patience!

Violences conjugales ,physiques et morales, intrigues, alliances, maraboutismes...Munyal, les larmes de la patience brise les tabous, rompt le silence et lève le voile complice de la condition de la femme dans le Sahel.

Retour | Haut de page | Imprimer cette page