Louis de Funès et la nouvelle bien-pensance

Par Jean-Christophe Ferrari
le Vendredi 15 Mars 2019

de finesLa rumeur circulait depuis quelques temps dans les milieux informés. La presse la confirme : la Cinémathèque française organisera en 2020 une grande exposition Louis de Funès. Je le confesse d'emblée : cette annonce suscite en moi malaise et inquiétude. Sentiments aussitôt suivis d'un sévère examen de conscience : ne me voilà pas pris en flagrant délit d'élitisme, moi qui ces dernières années ai tant aimé visiter les expositions Pasolini, Marker, Scorsese, Van Sant ? Quelle est la légitimité de ce « bon goût » qui me conduit à écarter ainsi tout un pan de la « culture populaire » d'une reconnaissance institutionnelle ?

Mais je me reprends aussitôt. Je ne cèderai pas à la mauvaise conscience que l'époque, je le sais, aimerait faire naître en moi. Car je comprends trop bien ce qui se joue ici : rien de moins que l'émergence d'une nouvelle bien-pensance. Une bien-pensance selon laquelle tout, au fond, se vaut. Une bien-pensance qui promeut une approche oblique, désinvolte et décalée des oeuvres d'art afin d'asseoir un nouveau snobisme. Un snobisme aussi condescendant et satisfait que celui qu'il feint de destituer et qu'il voudrait remplacer. Oui, je vois clair dans la manoeuvre. D'un côté, on flagorne le « populo » en accueillant dans une institution prestigieuse l'un des symboles de la comédie grand public. De l'autre, on flatte les « élites » qui, cédant à un hédonisme régressif, finiront par se trouver cools de prendre de Funès au sérieux. A condition, bien entendu, qu'on y mette un minimum les formes. On imagine d'ici les savants rapprochements entre Pouic-Pouic et la commedia dell'arte...

Mais il faut le dire nettement ici : la carrière de Louis de Funès ne justifie en aucun cas une exposition à la Cinémathèque française. A la différence de Marlon Brando ou de Jean Gabin par exemple, l'acteur du Corniaud n'a pas donné corps à un type de personnage qui n'existait pas auparavant, il n'a pas rendu possible des films inconcevables avant lui, il n'a pas permis de cristalliser les intuitions et les désirs secrets de grand cinéastes. Il s'est contenté d'importer sur le grand écran une figure qui existait déjà dans le théâtre de boulevard et le comique troupier : celle du Français moyen, colérique, lâche et un peu veule. 

Si nous prenons la plume aujourd'hui c'est que nous sommes très attachés au travail de la Cinémathèque française. Travail sérieux de Frédéric Bonnaud et de ses équipes. Tant au plan de la conservation des archives (l'Espace chercheurs est une mine aux trésors) que de celui de l'éducation (Le Service pédagogique propose une offre d'une grande qualité). Sans oublier la programmation (récemment des rétrospectives Max Ophuls et Samuel Fuller, en ce moment une intégrale Alberto Lattuada, bientôt un retour sur la filmographie de Michel Deville). C'est au nom de cet attachement que nous nous permettons d'interpeller ici ses administrateurs. Ne vous laissez pas séduire par la nouvelle bien-pensance creuse qui, déjà, envahit les esprits et les  médias ! En vous y prenant de la sorte pour faire venir plus de visiteurs, vous ne gagnerez sur aucun tableau ! Pensez-y ! Quoi après Louis de Funès ? Chuck Norris ?

Retour | Haut de page | Imprimer cette page