La ménagerie de verre de Chantal Crousel

Une somptueuse expo collective chez Chantal Crousel décline les infinies ressources du verre et du cristal dans l'art contemporain.
Par Damien Aubel

CrouselOn louvoie d'une oeuvre à l'autre dans cette exposition collective, au fil d'un jeu de piste intrigant et chatoyant. On s'arrête devant les objets-hiéroglyphes de David Douard, en se demandant à quel chiffre inconnu répondent ces assemblages de matériaux disparates – et pourtant si harmonieusement réunis. On suit des yeux les contours des formes souples des objets en verre de Mona Hatoum qui évoquent les enroulements organiques du vivant plus que l'intangibilité minérale. On se perd, de son plein gré, dans les multiples strates visuelles de Wolfgang Tillmans (Verschalung, une grande impression jet d'encre) entre photo hyper-réaliste et jeu illusionniste sur les reflets. Et les deux Plis de José Maria Sicilia, en cristal de la Granja, sont-ils des vagins qu'une mystérieuse mutation aurait fait passer du règne de la chair à celui d'objets translucides ? Cette petite poignée d'oeuvres n'est qu'un modeste échantillon d'une expo où on trouve aussi Jean-Luc Moulène, Liliane Lijn, Willem de Rooij..., mais elle donne bien le la de l'exposition. Titiller, et même inquiéter l'interprétation jusqu'à dérober le sens ; estomper les barrières entre le vivant et le minéral ; entraîner la perception dans des jeux labyrinthiques ; donner à ce qui est réputé le plus obscur – le fameux « continent noir » de la sexualité – la clarté du cristal... Toute l'exposition est ainsi animée par une pulsion de liberté, un élan irrépressible au-delà des catégories, des carcans et des certitudes. 

Mais il ne s'agit pas d'un simple « thème », pas d'un concept abstrait, plaqué plus ou moins artificiellement sur l'ensemble des oeuvres pour en fédérer le foisonnement. Cette tension libératrice trouve sa source et sa raison d'être dans le matériau-roi de l'exposition : le verre. Sa fragilité et sa malléabilité en font le réceptacle idéal pour des formes fluides, irréductibles aux catégories. Et on sort de l'expo en repensant à la fameuse scène de la visite de l'atelier des verriers dans Le Feu de D'Annunzio : le verre y vit, tout comme chez Chantal Crousel.

Exposition Scènes dans une bulle de cristal – Seen in a crystal ball, galerie Chantal Crousel, jusqu'au 29 février

Retour | Haut de page | Imprimer cette page