Salman Rushdie

L'enchanteur
Par Alexandre Thiltges

Salman Rushdie est l'un des plus grands auteurs du XXe siècle. De sa double origine, indienne et britannique, il présente deux faces complémentaires: le libre-penseur qui, depuis l'affaire des Versets Sataniques, est devenu un symbole de la lutte pour la liberté d'espression; le romancier, à l'oeuvre foisonnante mêlant le mythe et la fantaisie à la réalité. A l'occasion de la sortie de son nouveau roman, L'Enchanteresse de Florence, Transfuge l'a rencontré.



Dans L'Enchanteresse de Florence, Salman Rusdie invite son lecteur à un voyage féerique dans l'espace el le temps. Pour l'espace, ce sera l'Italie, l'Inde, en passant par le Moyen-Orient et le Nouveau Monde. Et pour le temps, la Renaissance italienne et le règne d'Akbar, grand empereur de l'Empire moghol, à la fin du XVe et au début du XVIe siècle. un voyage féerique également dans la mesure où nous pénétrons au centre d'un monde luxuriant, chargé d'érotisme, de magie, de superstition et de tour de passe passe-passe. 

Voilà: Rushdie, qui en a plus qu'assez du présent, a décidé de prendre un grand bol d'air dans le passé. On peut le comprendre: son époque l'a maltraité, a fait de lui un bouc émissaire et un paria. Lui qui ne demandait rien à  personne (et surtout pas une fatwa!), lui qui ne voulait rien d'autre qu'écrire des ouvrages de fiction, des romans plongés dans la poésie, le fantastique et le rêve... L'auteur affirme toutefois que ces années d'angoisse sont derrière lui et qu'il refuse aujourd'hui de vivre dans l'anonymat, la réclusion et la terreur.

S'il veut faire oublier le scandale des Versets sataniques (encore un bon livre dont tout le monde parle, même votre boucher, mais que personne n'a lu !), il n'a pas fait une croix sur cette épreuve. Et s'il n'oublie pas, c'est surtout parceque ses livres, tout comme son rapport au monde, sont profondément ancrés dans le réel. Car, malgré son caractère fantastique (il est tellement aisé de le ranger dans la catégorie du "réalisme magique"), l'oeuvre de Salman Rushdie nous raconte la grande Histoire de la petite histoire et condense - sans complexe - réel et imaginaire, à la manière d'un Fellini ou des grands réalisateurs des années 60 et 70 qui l'ont tant marqué. Non, Rushdie n'est pas un guerrier (loin s'en faut), mais plutôt un rêveur, un idéaliste et un humaniste atteré par la brutalité et la bétises humaines.

Quelques dates et faits-divers pour restituer rapidement le personnage: Rushdie est né à Bombay en 1947 - année de la partition de l'Inde et du Pakistan. Il prend lui même la décision d'aller étudier dans un pensionnat, en Angleterre, à l'âge de 13 ans, et fait ensuite un cursus un cambridge. En 1989, à la suite de la parution des Versets Sataniques, sa vie est bouleversée après la fatwa proclamée par l'Ayatollah Khomeini réclamant l'éxécution de l'auteur. Marié et divorcé à quatre reprises, il vit aujourd'hui entre New York et Londres.

Avec Garcia Marquez, Milan Kundera et Umberto Eco, Rushdie est l'une des dernières grandes figures littéraires de notre temps. Car, son oeuvre romanesque mise à part, c'est un penseur capable d'apporter une véritable réflexion intellectuelle sur le monde, son travail critique le plaçant dans la catégorie des Borges, Orwell et Nabokov - excusez du peu. Et si vous n'êtes pas encore convaincu, courrez chez votre libraire et commandez de toute urgence Franchissez la ligne, son deuxième recueil d'éssais, qui ne manquera pas de vous donner une toute autre image d'un auteur jugé trop souvent (et à tort!) austère, impénétrable, voir barbant.

C'est à Londres, chez son éditeur - The Wylie Agency -, que nous rencontrons la star planétaire de l'écriture. Rushdie est enrhumé, il parle du nez et souffle dans son mouchoir après chaque réponse. Ce qui ne l'empêche nullement de faire preuve d'humour, d'esprit et d'une troublante légèreté.





Le grand entrtien n'est pas disponible en ligne

Retour | Haut de page | Imprimer cette page | Envoyer à un ami
 
Abonnez-vous au Club Transfuge !