John Malkovich

Par Anonyme

Rendez-vous est pris avec John Malkovich au théâtre Comédia, où il orchestre les répétitions de The Good Canary de Zach Helm, la nouvelle coqueluche de Broadway et d'Hollywood. Pour sa deuxième création à Paris – après Hysteria de Terry Johnson en 2002 –, John Malkovich a encore une fois, question texte, eu la main heureuse. Et le metteur en scène sait s'entourer : Cristiana Reali, Vincent Elbaz et Ariel Wizman seront entre autres ses interprètes à partir du 13 septembre. À cette occasion, Transfuge a souhaité rencontrer le maître de cérémonie.

Car on le dit peu, mais Malkovich est d'abord un homme de théâtre : le comédien est né sur les planches, et ses premières mises en scène remontent à 1976, date où il fondait avec quelques compères hallucinés dont Gary Sinise le Steppenwolf Theater de Chicago. Il y a en fait pas mal de choses qu'on ignore à propos de Malkovich, figure mystérieuse s'il en est. Saviez-vous que le monstre sacré est également réalisateur, producteur, patron de boîtes de nuit et d'hôtels, créateur de mode et mannequin à ses heures ? Qu'il est en privé excellent cuisinier, jardinier, tailleur et homme d'intérieur ? Pour essayer de situer le personnage, sachez par exemple qu'un des modèles de manteaux qu'il a dessinés pour sa maison de couture Mr. Mudd  s'inspire directement de la « mode » talibane, et plus particulièrement du leader taliban Abdul Salam Zaeef.


Mais ce que nous avons en tête au moment où nous lui serrons la main, ce sont ses rôles inoubliables au cinéma. Or de prime abord, John Malkovich a la froide distinction de Gilbert Osmond, l'élégance du baron de Charlus, le charisme et l'étrange séduction du vicomte de Valmont. Quand il commence à parler, ce qui frappe, c'est son débit – lent, ponctué de silences – et sa tessiture, basse et envoûtante. Et lorsqu'il s'anime, on découvre un Malkovich inconnu : passionné, bavard, un brin provocateur, et pratiquant l'humour à froid…




Le grand entretien n'est pas disponible en ligne

Retour | Haut de page | Imprimer cette page