Jean-Claude Milner

Par Donatien Grau

Philosophe, essayiste, linguiste, Jean-Claude Milner est un intellectuel engagé. Familier de Lacan, il a suivi l'enseignement d'Althusser, de Chomsky, a cotoyé Benny Lévy. Après avoir fait paraître Le juif de savoir, il rééxamine aujourd'hui son engagement politique en publiant L'arrogance du présent. A cette occasion, Transfuge a rencontré cet érudit, il revient sur son parcours littéraire hors du commun en évoquant Platon, Foucault, Barthes, Baudelaire, Mallarmé...



Jean-Claude Milner a côtoyé Barthes, Foucault, Lacan. Les travaux de Chomsky, c'est lui qui les a introduits en France. Il aurait pu être un brillant universitaire comme un autre - il est professeur d'Université. Pourtant, son savoir technique, il l'a utilisé et dépassé pour contribuer, depuis trente ans, à la réflexion littéraire et intellectuelle : Baudelaire, Mallarmé, Pasolini, Platon, Homère, Rossellini, rien n'est hétérodoxe pour cet esprit curieux, volontiers avide de la nouveauté et du paradoxe saisissant qui fait songer, tout autant qu'il se revendique de l'héritage de la pensée antique. Passionné de littérature et de cinéma, il ne s'arrête cependant pas aux arts : analyste de la vie politique française et européenne, à laquelle il a consacré plusieurs ouvrages, il ne manque pas de prendre parti dans l'espace public, afin de toujours éveiller la pensée. Dans son dernier livre, L'Arrogance du présent, il évoque l'expérience  qu'il a faite de la mouvance gauchiste, en réfléchissant  sur la structure du mouvement entre 1965 et 1975. Pourtant, loin d'être un simple témoignage, il s'agit surtout d'une réflexion généalogique. Jean-Claude Milner semble avoir fait sien le mot d'ordre du penseur Alain : « Nul n'a commencé à philosopher s'il n'a commencé à s'intéresser aux mots ».



- Le grand entretien n'est pas disponible en ligne.

Retour | Haut de page | Imprimer cette page | Envoyer à un ami