David Vann

La culture américaine engendre des monstres
Par Oriane Jeancourt Galignani

            Après le noir Sukkwan Island, prix Médicis étranger 2010, David Vann renouvelle l'expérience du pire dans son roman Impurs. Dans une maison perdue en Californie, pendant les années 80, un fils et sa mère vont laisser libre cours à leur rancoeur, jusqu'à l'horreur. David Vann, qui a quitté l'Amérique, écoeuré par sa violence, s'est livré à nous pendant plusieurs heures. Il nous décrit sa patrie : une terre sauvage qui engendre des monstres. Dans la lignée de Cormac Mac Carthy, David Vann s'impose comme l'écrivain des tragédies américaines.

 Le grand entretien n'est pas disponible en ligne.

Retour | Haut de page | Imprimer cette page | Envoyer à un ami