David Lodge

Par Fabrice Lardreau

Le décor et le personnage sont à peu près tels qu'on les imaginait : une demeure élégante assortie d'un jardin soigné, située à Edgbaston, quartier résidentiel du sud-ouest de Birmingham. Notre hôte nous reçoit chaleureusement, avec simplicité, et se prête patiemment à la séance de photos précédant l'entretien. Il nous fait visiter les lieux et nous mène dans son bureau, une pièce tapissée de livres dont les baies vitrées donnent sur des rangées de buissons. « Je peux m'isoler du bruit de la rue, ici, et travailler au calme... » David Lodge a une allure presque juvénile, des yeux malicieux. Sans doute a-t-il conservé l'énergie émanant des campus : à la « retraite » depuis 1987, afin de se consacrer à plein temps à l'écriture, il a enseigné la littérature pendant 27 ans à l'université de Birmingham... Auteur d'une trentaine de livres -romans, nouvelles, essais, pièces de théâtre-, il compte avec Martin Amis, Ian Mc Ewan, Julian Barnes, Salman Rushdie et Jonathan Coe, parmi les plus grandes figures de la littérature anglaise. Particulièrement apprécié dans l'hexagone, où les ventes cumulées de ses ouvrages atteignent un million et demi d'exemplaires, il incarne à travers ses livres une certaine image britannique, indissociable d'un humour irrésistible. Pour autant, cette mécanique du rire est chargée de sens ; elle accompagne une analyse impitoyable du monde contemporain. « Outre qu'il amuse, écrit Umberto Eco dans sa préface à Un tout petit monde -roman augurant le « picaresque académique »-, Lodge est méchant. Je crois que c'est l'un des hommes les plus méchants qui existent. En fin de compte, il dit du mal (mais avec quel délice) du monde dans lequel il vit. Mais, au fond, il s'agit bien là de la mission du Grand narrateur. » Qu'il s'agisse du monde universitaire, des médias ou encore des touristes modernes, Lodge, homme sans concession, est délicieusement cruel. Avec L'Auteur ! L'Auteur !, livre consacré à Henry James, il a totalement changé de registre et abordé -avec talent- le « roman biographique », genre dont il analyse le développement dans son nouvel essai, Dans les coulisses du roman. A l'heure où sa nouvelle pièce, La vérité toute nue, est jouée à Paris *, nous vous invitons dans l'atelier de l'écrivain...







Le grand entretien n'est pas disponible en ligne


Retour | Haut de page | Imprimer cette page
 
Abonnez-vous au Club Transfuge !