David Cronenberg

Par Anonyme

Frissons, La Mouche, eXistenZ, Spider, History of Violence: l'oeuvre de David Cronenberg conjugue variété des formes et cohérence du propos... De la science-fiction au récit futuriste, le créateur s'est colleté à tous les genres avec une même obsession pour les recoins sombres de l'âme humaine. A 64 ans , le cineaste canadien est l'un des grands du cinéma mondial. Rencontre à l'occasion de son dernier film, Les Promesses de l'ombre.



Victime de l'illusion commune qui consiste à confondre un auteur avec ses créatures, on imaginerait volontiers David Cronenberg sombre, secret, voire patibulaire. En somme, en père plausible des accidentés tortueux de Crash, du héros à la psyché en miettes de Spider, des personnages à double fond à A History of violence. Ce serait faire fausse route. L'homme est affablen, courtois, volontiers volubile, décochant généreusement des sourires de ses yeux d'un bleu étonnamment clair. Mais le cinéaste canadien est aussi le commentateur lucide d'une oeuvre patiemment construite, fruit d'une réflexion sur l'humain  et ses monstres nourrie au fil de près de quarante ans de carrière. A 64 ans, loin de la science-fiction de ses débuts, mais toujours aussi fasciné par les trappes suspectes de la conscience, David Cronenberg revient sur le devant de la scène avec l'un des films les plus aboutis de sa filmographie. Il confirme son exploration d'un cinéma à la narration et à l'esthétique plus classiques, dans la lignée de A History of violence. Eastern Promises, son dernier film - devenu par une inutile bizzarerie de traduction Les Promesses de l'ombre pour la distribution française -, sonde une nouvelle fois la naissance de la violence, auscultée aujourd'hui dans les bas-fonds du Londres mafieux, là où l'opus précédent jouait d'un décor profondément ancré dans le mythe américain. C'est posément qu'il nous explique pourquoi, aujourd'hui comme hier, il vise l'inconfort de son spectateur. Rencontre avec un cinéaste pour qui la mise en scène de la violence relève d'un humanisme.






Le Grand Entretien n'est pas disponible en ligne


 

Retour | Haut de page | Imprimer cette page