SNOBS !

Par Anonyme

De Marcel Proust à CHarles Dantzig et Simon Libérati, une littérature à contre-courant.



On aurait pu le croire enterré sous les coups de la littérature naturaliste à la Houllebecq ou récupéré par quelque Dandy médiatique. Mais l'écrivain snob n'a pas dit son dernier mot. Charles Dantzig et Simon Libérati sont la pour le réanimer. Leurs deux livres, le joyeux A propos des chefs-d'oeuvre (Grasset) et l'érudit 113 études de littérature romantique (Flammarion), reflètent chacun une facette de cette difficile posture snob. Pour Dantzig, défendre la forme et l'artifice envers et contre tous; pour Libérati, se perdre dans le passé pour exhumer les raretés. Bien sûr, on se devait de rencontrer nos deux snobs, Dantzig et Libérati, et en profiter pour faire un détour chez les maîtres, Marcel Proust, Barbey d'Aurevilly ou encore Herman Bang. Mais on ne pouvait se passer d'une incartade british, un des pays les plus snobs au monde, celui de Dorian Gray et de Virginia Woolf. Et se demander à quoi ressemble le snobisme littéraire d'aujourd'hui aux Etats-Unis, dans les traces de Francis Fitzgerald. Transfuge a essayé d'y voir plus clair sur cette histoire littéraire à contre-courant. Welcome à notre snobisme-party.



Le dossier n'est pas disponible en ligne.

Retour | Haut de page | Imprimer cette page | Envoyer à un ami