Israël, terre de littérature

Par Clémence Boulouque

La littérature israélienne ne peut être réduite aux textes religieux. Avant même l'intallation en terre promise, quelques écrivains se sont approprié la langue hébraïque pour en tirer poèmes et romans, souvent parsemés d'éléments détournés des textes saints. Parmi ces pères, souvenons-nous de Bialik, le poète, qui ne pouvait imaginer ses textes qu'en hébreu, et d'Agnon, le romancier devenu un véritable mythe national. Israël est cette année l'invité d'honneur du Salon du livre, du 14 au 19 mars. Transfuge a donc voulu revenir sur l'histoire littéraire d'un pays multiculturel en perpétuelle quête d'identité et présenter ceux qui font les lettres israéliennes contemporaines.



- Mille ans d'histoire littéraire

- Les découvertes de Transfuge

-
Bialik, le poête de la Torah

- Agnon, le passeur de cultures





Le dossier n'est pas disponible en ligne

Retour | Haut de page | Imprimer cette page | Envoyer à un ami