Dossier classiques

Les caves du Panthéon
Par Coordonné par Vincent Jaury et Oriane Jeancourt Galignani

dossier classiqueLe meilleur cadeau de Noël, on l'a longtemps cherché, on l'a enfin trouvé : trente-six chefs-d'oeuvre. Trente-six films et livres signés des plus grands, d'Hitchcock à Balzac, de Claude Simon à Douglas Sirk, de Jack London à Duvivier, de Mauriac à Walsh. Déjà vu et lu me direz-vous. Impossible, ces trente-six-là sont les oubliés de la postérité. Ceux que, pour mille raisons, l'histoire a semés en chemin. Loin d'être les ratés des grands, ces oeuvres-là leur offrent un nouveau visage. Transfuge relance donc la roulette des classiques. Faîtes vos jeux !

Le classique est une invention du Père Noël. L'idée qu'un artiste, derrière son bureau ou sa caméra, se sache en train de faire chef-d'oeuvre est à peu près aussi réaliste que le saut en cheminée d'un barbu grabataire. Certes, beaucoup de créateurs pensent à la postérité. Stendhal avouait dans La Vie d'Henry Brulard : « Je mets un billet de loterie dont le gros lot se résume à ceci : être lu en 1935. » Mais encore faut-il savoir ce qui sera lu. Si la postérité artistique est un vaste loto au cours duquel le classique se forme et se déforme selon les caprices de chaque époque, comment savoir quelle oeuvre sera jugée chef-d'oeuvre ? Bel exemple, Balzac. Il incarne suprêmement le classique. Au xixe siècle, il était le plus doué des feuilletonistes, il est aujourd'hui le plus étudié en salle de classe. Ces deux Balzac n'ont rien à voir. Le premier était adulé pour ses drames bourgeois, on pleurait en famille sur le sort de Goriot, en jurant que ce destin du Lear français ne toucherait jamais son foyer. Au xxie siècle, ces affaires d'héritage passionnent moins. En revanche, dans ce dossier, deux auteurs aussi étrangers l'un à l'autre qu'Alberto Manguel et Gaëlle Obiégly livrent leur Balzac, celui du Chef-d'oeuvre inconnu et de Louis Lambert : l'écrivain qui interroge le nerf de l'artiste. Balzac, penseur de la création ? Pourquoi pas, n'est-ce pas vis-à-vis de ce même Balzac que Robbe-Grillet, dans son manifeste Pour un nouveau roman, s'est d'emblée défini ? Robbe-Grillet, lui-même devenu un classique dont Les Gommes effacent parfois d'autres livres d'une redoutable virtuosité, comme Le Voyeur présent dans ce dossier. En cette fin d'année, à l'heure des bilans et des voeux, nous avons donc choisi de relancer la roue de la postérité, et de rendre la place qu'ils méritent aux livres et films oubliés des maîtres. 

[...]

EXTRAIT... ACHETER CE NUMÉRO


Retour | Haut de page | Imprimer cette page