"J'ai failli mourir en traversant la montagne sino-laotienne"

Par Sidy Sakho
le Jeudi 23 Février 2017

JERO YUNSort le 22 février Madame B., histoire d'une Nord-Coréenne (lire critique p.71), court et très beau documentaire sur l'exil contemporain à travers le récit d'une passeuse nord-coréenne. Rencontre avec Jero Yun, son réalisateur

Sidy Sakho : Qu'est-ce qui vous a touché dans l'histoire de Madame B. ?

Jero Yun : Tout d'abord, son caractère ressemblait à celui de ma mère, si dynamique, dominatrice. A travers son caractère fort, j'ai ressenti beaucoup de tendresse, quelque chose qui venait de l'enfance. Puis, à travers son histoire, sa vie intime, j'ai ressenti « la mélancolie », « le goût amer ». Comme si notre histoire coréenne était coincée, tordue par un système absurde qui refuse de voir la réalité avec lucidité.

S.S. : Est-elle différente devant votre caméra et hors tournage ?

J.Y. : Elle est exactement pareille avec ou sans la caméra. Étant donné son caractère très fort, j'ai parfois eu beaucoup de difficultés à la suivre. Elle était toujours occupée, toujours en mouvement et rarement assise à ne rien faire. Elle m'a parfois aidé à convaincre des gens de se laisser filmer, ainsi que les passeurs de me laisser partir avec eux (notamment pour le voyage jusqu'en Thaïlande). Elle est aussi devenue ma collaboratrice, celle qui m'a donné les possibilités de filmer ses familles chinoise et nord-coréenne.

S.S. : Quel moment du tournage a été le plus mémorable pour vous ?

J.Y. : Celui où j'ai suivi Madame B. avec d'autres réfugiés nord-coréens, où nous avons traversé clandestinement la Chine et le Laos jusqu'en Thaïlande. Ça a été une expérience physique et psychologique intense, épuisante. J'ai failli mourir en traversant la montagne sinolaotienne, j'étais trempé par la pluie, mes jambes ne me portaient plus. Je me suis blessé à la jambe droite dans cette nuit si longue, face à la montagne qui me paraissait infranchissable.

S.S. : Y-avait-il matière à proposer un film plus long, à l'instar d'un documentaire fleuve comme Homeland : Irak année zéro  d'Abbas Fahdel ?

J.Y. : Avec Tawan Arun, réalisateur de multimédia spécialiste du web interactif, nous sommes en train de développer une autre partie du film en web-documentaire. Traiter en un seul film la vie de Madame B., personnage si complexe, me semblait impossible. Le web-documentaire montrera la vie de Madame B. en Corée du Nord ainsi que son activité en Chine en tant que passeuse. Nous allons proposer au public  un autre point de vue sur cette femme.

S.S. : Un prochain film, documentaire ou de fiction, est-il déjà en route ?

J.Y. : Je suis en post-production d'un nouveau film documentaire intitulé Letters, coréalisé avec Marte Vold, réalisatrice norvégienne. Et je vais prochainement tourner en Corée du Sud mon premier long-métrage de fiction produit par le producteur de J'ai rencontré le diable de Kim Jee-woon.


Retour | Haut de page | Imprimer cette page | Envoyer à un ami