Nos ex-Camarades

Que sont mes amis devenus...
Par Caroline Fourest

stora

Il y a des époques où l'amitié peut devenir un cimetière. De la seconde Intifada à l'attentat contre Charlie et l'Hyper Cacher, combien de conversations amicales ont mué en discordes, quelque part entre Gaza, Dieudonné et « Je ne suis plus Charlie ». Et vous, combien d'amis avez-vous perdus ? Brigitte Stora les a comptés. Mieux, elle nous les conte.

Ces camaraderies gâchées par des obsessions contraires. Les mots qui se tordent, les regards qui fuient, ces visages aimés devenus fermés, ou qui se mettent à brûler d'un feu étrange. Les chaleurs, au contraire, qui s'éteignent, froides comme l'indifférence, parfois la complaisance, envers le pire : l'islamisme, le complotisme et, bien sûr, l'antisémitisme.

Cette hydre, on la voit venir de loin, mais pas toujours, quand on est juif. Il coûte beaucoup d'amis quand on est militante de gauche, juive de culture, algérienne d'origine et de tempérament, qu'on a épousé un juif marocain, grandi dans le culte de l'indépendance des anciennes colonies, qu'on a traîné ses guêtres dans toutes les manifestations antiracistes, usé le pavé avec la marche des Beurs, qu'on élève ses gosses dans un quartier populaire et mélangé, pas par mauvaise conscience, mais par appartenance à ce peuple métissé : française et juive du Maghreb, tout attaché.

Lors de la seconde Intifada, en 2000, Brigitte Stora est partie manifester pour les Palestiniens. Quelques heures plus tard, elle devait sortir des rangs de la gauche radicale, dégoûtée d'entendre « Mort aux juifs », sans que cela ne choque ceux qu'elle appelle désormais ses « ex-camarades ». Eux pensent qu'elle exagère, qu'elle en fait trop. L'antisémitisme, c'est la faute aux Israéliens et l'islamisme à l'impérialisme américain. Ils continuent de militer au nom du progrès, à la remorque de l'internationale la plus réactionnaire au monde... À force de lire Edwy Plenel, de s'indigner façon Stéphane Hessel, et de se perdre, comme toujours, avec Alain Badiou.

Trois boussoles du sud, rhabillées pour l'hiver. Avec talent, style et acuité, ce livre apporte incontestablement un nouveau chapitre, humain et intellectuel, aux alertes déjà lancées contre la gauche cédant au mieux à l'aveuglement, au pire à la tentation obscurantiste .

Entre deux pages, on se croit parfois revenu au temps des procès de Moscou et du complot des blouses blanches. Pourtant, c'est bien en France, ici et maintenant, qu'Ilan Halimi a été torturé à mort, que des enfants juifs se sont fait abattre à bout portant à Toulouse, que des juifs risquent de se faire égorger à cause de leur kippa, que les actes et propos antijuifs sont deux fois plus nombreux que les actes et propos antimusulmans, même après des attentats... Pendant que des intellectuels et des militants de gauche se demandent si les juifs n'en font pas trop, si ce n'est pas un peu de leur faute, avec tout ce qui se passe en Israël et si, au fond, les vraies victimes ne sont pas les terroristes.

Tous ne sont pas aveuglés par la peur. Certains le sont par la haine. Farida Belghoul, que Brigitte Stora a connue à l'époque de la marche des Beurs, a basculé de l'antiracisme au racisme, de « Touche pas à mon pote » à « Touche pas à mon genre », en compagnie d'Alain Soral et sa bande, avec qui elle peut enfin parler des juifs. C'est ici et maintenant.

Mais c'est ici, aussi, que les amitiés métissées de Brigitte résistent. Qu'une amie de la Guadeloupe se désespère avec elle de son fils devenu fan de Dieudonné. Que sa petite soeur afghane et ses amies algériennes, toutes réfugiées, maudissent les islamistes. Ici, dans ce pays capable de se déchirer « pour le sort d'un petit capitaine juif », que l'on peut perdre des camarades et en retrouver d'autres, avec qui bâtir une résistance fraternelle.

 
Editions LE BORD DE L'EAU
Retour | Haut de page | Imprimer cette page | Envoyer à un ami