Cannes vu par les cinéastes

Roy Andersson, le réalisateur d'Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence revient sur Viridiana de Luis Bunuel, Palme d'or 1961
Par Roy Andersson

viridianaTout jeune, je rêvais déjà d'être un auteur. Un beau jour, dans une maison de la jeunesse à Gothenburg, en 1952, j'assistai à la projection d'un film italien, intitulé Le Voleur de bicyclette . J'en fus profondément ébranlé. A l'époque je n'imaginais pas qu'un film puisse être autre chose qu'un simple divertissement. Je venais d'être confronté à quelque chose qui était de l'art pur.

Dès lors, je changeais d'avis. Je caressais un nouveau rêve. Je voulais devenir réalisateur. Rétrospectivement, je dois dire que ma génération a vraiment eu de la chance : nous avons grandi au moment où le meilleur du cinéma européen était à son apogée et créait ses oeuvres les plus importantes. Il y a longtemps que j'ai découvert mes trois films favoris de l'histoire du cinéma. Et rien ne les a encore détrônés.

1- Le Voleur de bicyclette de Vittoria De Sica. Selon moi, le film le plus politique de l'histoire.


2-
Viridiana , de Luis Bunuel. Selon moi le film le plus intelligent de l'histoire.

3- Hiroshima mon amour , d'Alain Resnais. Selon moi, le film le plus poétique de l'histoire.

Viridiana est le seul à avoir remporté un prix à Cannes. Mais j'estime qu'ils méritaient tous trois une Palme d'or. Ce sont tout bonnement trois chefs d'oeuvre !

Viridiana est un film impressionnant à bien des égards. L'histoire est racontée avec une grande efficacité et un certain degré de froideur. Deux thèmes courent dans tout le film. Il y a d'abord le conflit idéalisme-pragmatisme, et il n'y a aucune ambiguïté sur le camp dans lequel se situe Bunuel. Un groupe de mendiants ne montre aucune gratitude envers le personnage principal, l'idéaliste Viridiana. Ils la violent à la fin du film. L'autre grand thème, c'est la sexualité, qui irrigue tout le film. Bunuel a parfaitement réussi son mélange. Je répète ce que j'ai dit : un extraordinaire chef d'oeuvre.

Retour | Haut de page | Imprimer cette page